Accueil > Notre action > Le temps fécond

Le temps fécond

Imprimer la page

Le concept fondateur du Coup de Pouce

Dans les années 70, André Inizan, chercheur en psychopédagogie, a centré la plupart de ses travaux de recherche sur l’apprentissage de la lecture. Il est à l’origine d’un concept opérant essentiel au fondement de tous les programmes Coup de Pouce : le temps fécond [1].

Le temps fécond est la durée cumulée pendant laquelle le regard d’un élève est attiré par l’écrit.

André Inizan a montré que plus le temps fécond est important et plus les enfants apprennent vite à lire. Autrement dit, les enfants apprennent plus rapidement à lire lorsqu’ils sont durablement et intensivement actifs face à l’écrit.

Ainsi, les observations d’André Inizan ont montré que le temps fécond par heure de travail en classe sur des supports écrits varie selon le niveau de l’enfant en lecture :
- 17 minutes pour un enfant de niveau fort,
- 14 minutes pour un enfant de niveau moyen,
- 8 minutes pour un enfant de niveau faible.

Soit pour une année scolaire :
- 102 heures de temps fécond pour un enfant de niveau fort,
- 84 heures pour un enfant de niveau moyen,
- 48 pour un enfant de niveau faible.

L’enfant de niveau faible en lecture bénéficie de 2 fois moins de temps fécond que
l’enfant de niveau fort.

Dans les années 80, fondant leur recherche-action sur ce concept, Eliane ROGOVAS-CHAUVEAU et Gérard CHAUVEAU [2], ont élaboré le prototype de l’actuel Coup de Pouce Clé, conçu pour augmenter le temps fécond des enfants qui en ont le moins en classe, et en dehors de l’école. Un autre principe fondamental est au coeur de leurs travaux, qui demeure un dénominateur commun à tous nos programmes : les séances conçues autour d’activités brèves et ludiques offrent des conditions optimales pour entretenir et maintenir l’attention des enfants.

[1Le Temps fécond d’apprentissage : histoire d’un concept éthologique. La Nouvelle revue de l’AIS, avril 2004

[2chercheurs de l’Institut National de la Recherche Pédagogique